Immobilier : les prix resteront stables en 2017

Immobilier : les prix resteront stables en 2017

Fév 1, 2017 News by Team

Les prix devraient se stabiliser en 2017. En 2016, la baisse des taux a nourri la hausse des prix, mais les conditions de crédit ne stimuleront plus la demande en 2017.
2016 restera marquée d’une pierre blanche pour l’immobilier.

Pour la première fois depuis 5 ans, les prix ont augmenté dans les 11 plus grandes villes de France, à l’exception de Marseille qui reste stable et de Strasbourg qui perd 0,9 %. Selon le baromètre du marché immobilier résidentiel de MeilleursAgents.com, cette hausse des prix s’est amplifiée en fin d’année.

Paris ( + 4,6 %), Nantes, + 3,6 %, Bordeaux, (+ 5 %), et surtout Lyon, (+ 6,6 %), affichent les plus fortes hausses. A l’opposé, les prix sont restés assez stables à Lille (+1,2 %), Montpellier ( + 1 %), Toulouse (+ 0,8 %), Nice (+ 0,2 %), et Marseille qui fait du sur-place. Entre ces deux groupe, Rennes où les prix progressent de 2 %. Pourtant, la demande n’a pas explosé.
En témoigne l’évolution de l’ indice de tension immobilière ( ITI) qui mesure le nombre d’acheteurs en recherche active pour un bien en vente.

« En 2011, on comptait en moyenne 3,2 acheteurs pour un bien mis en vente. En 2014, ce chiffre était inférieur à 1. En 2016, il est remonté à 1,2. Il faudrait trouver plus de deux acheteurs par bien mis en vente pour générer mécaniquement une hausse des prix », observe MeilleursAgents.com. Dans ces conditions, les prix auraient du baisser ou au mieux se stabiliser. Mais la baisse des taux a changé la donne.

Entre 2016 et 2014, le pouvoir d’achat des ménages a augmenté de 29 % ! En 2014, un ménage pouvait emprunter 165.000 euros pour une mensualité de 1.000 euros. En 2016, pour une même mensualité, il pouvait emprunter 207.000 euros. « Ce dumping du crédit a totalement compensé la faiblesse de la demande en 2016, affirme Sébastien de Lafond, président de MeilleursAgents.com. Une baisse de taux d’environ 1 % sur l’année a généré un gain de pouvoir d’achat de 10 %.

Cette manne été dans les faits répartie pour les deux tiers en faveur des acheteurs et pour le tiers restant aux vendeurs sous forme de hausse de prix ». Quelle évolution sur les 5 dernières années ? Au final, sur les 5 dernières années, huit des onze plus grandes villes de France ont vu leurs prix moyen augmenter. Seules exceptions : Paris, dont les prix avaient fortement progressé en 2010/2011 et Strasbourg, proche de l’équilibre et Marseille , « qui doit faire face à un réel problème d’attractivité ».

C’est à l’Ouest que les prix sur les 5 dernières années ont le plus grimpé : + 10 % à Toulouse et à Rennes, et plus 17 % à Bordeaux ! Des chiffres qui reflètent le dynamisme de ces villes en termes d’emploi, d’infrastructures et de rénovation urbaine. MeilleursAgents-com observe que les prix ont aussi augmenté sur 5 ans, mais dans une moindre mesure à Nantes (+ 7 %), Lyon (+ 6 %), Lille et Montpellier (+4 %).

En revanche, plusieurs grandes villes sont en baisse : Marseille (-14 %), Paris (- 7 %) et Strasbourg ( – 3 %). Les prévisions pour 2017 Selon le site immobilier, 2017 sera conditionnée par trois données majeures : l’évolution des taux, l’emploi et les élections.

L’hypothèse retenue est celle d’une hausse de taux modérée autour de 2 % maximum. Ainsi, les conditions d’emprunt resteraient attractives mais le taux ne joueraient plus le rôle de stimulateur de prix qu’ils ont pu jouer en 2016. Quand à la situation de l’emploi, elle ne devrait pas beaucoup évoluer par rapport à 2016.

Enfin, les élections présidentielles et législatives sont sources d’incertitudes ce qui peut générer un certain attentisme du marché. « 2017 devrait dont rester un marché relativement fluide avec plus de 800.000 transactions dan l’immobilier ancien. Les prix devraient rester stables ». (Les Echos)

Immobilier : la retraite par capitalisation à la française

L'objectif de ceux qui investissent dans la pierre a profondément changé. Se loger certes, mais de plus en plus épargner Read more

Impôt sur le revenu 2020: faut-il ou non rattacher ses enfants majeurs?

Les parents d'un enfant majeur peuvent continuer à le compter à leur charge jusqu'à l'année de ses 21 ans ou Read more

Les familles devraient recourir davantage au crédit en 2018

L'année 2018 devrait être un bon cru pour les banques et les établissements spécialisés dans le crédit. Les Français semblent Read more

2017 année record en nombre de transactions dans l’Immobilier

Les volumes de vente ont augmenté en 2017 de 15,5 % sur un an, selon les Notaires de France. Après Read more

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *